LES MISSIONS DES DELEGUES DU PERSONNEL

Les délégués du personnel sont les interlocuteurs privilégiés de l'employeur. Elus dans toutes les entreprises de 11 salariés et plus, les délégués du personnel exercent des missions qui leur sont propres mais aussi, dans certains cas, des missions normalement attribuées au comité d'entreprise, au comité d'hygiène et de sécurité ou encore aux délégués syndicaux …

 

I. Les attributions propres

A. La présentation des réclamations individuelles et collectives
B. L'intervention auprès de l'inspecteur du travail
C. La procédure d'alerte
D. Les liens avec les autres organes de représentation

II. Les attributions diverses

A. Les congés payés
B. Le reclassement des accidentés du travail
C. La désignations des membres du CHSCT
D. Le repos compensateur
E. Le chômage-intempéries

III. Les attributions supplétives

A. Le remplacement du comité d'entreprise

1. Les attributions dans le domaine des activités sociales et culturelles
2. Les attributions dans le domaine économique
3. Les autres attributions

B. Le remplacement du CHSCT
C. Le remplacement des délégués syndicaux

IV. Les principaux moyens attribués aux délégués du personnel pour exercer leurs missions

A. Les heures de délégation
B. Les réunions

1. La réunion mensuelle collective
2. Les autres réunions collectives
3. Les réunions individuelles

C. Les moyens d'informations
D. Les moyens matériels

1. Le local
2. Les panneaux d'affichage
3. La distribution de tracts

E. La liberté de déplacement dans l'entreprise
F. Le financement


I. Les attributions propres

A. La présentation des réclamations individuelles et collectives
Les délégués du personnel ont pour mission de présenter à l'employeur toutes les réclamations individuelles ou collectives relatives aux salaires, à l'application du Code du travail et des autres lois et règlements concernant la protection sociale, l'hygiène et la sécurité ainsi que des conventions et accords collectifs de travail applicables dans l'entreprise (C. trav., art. L. 422-1, al. 1). Les revendications doivent être présentées par écrit à l’employeur deux jours au moins avant la date de la réunion mensuelle. En général, les revendications sont examinées lors de cette réunion mais rien n’interdit au délégué du personnel de solliciter un entretien avec l’employeur en dehors de cette réunion.

A noter : Les salariés conservent toutefois le droit de présenter eux-mêmes leurs observations à l'employeur sans passer par l'intermédiaire des délégués du personnel (C. trav., art. L. 422-1).

B. L'intervention auprès de l'inspecteur du travail
Les délégués du personnel ont pour mission de saisir l'inspection du travail de toutes les plaintes et observations relatives à l'application des prescriptions législatives et réglementaires dont elle est chargée d'assurer le contrôle, c'est-à-dire des plaintes relatives aux conditions de travail dans l'entreprise, à l'application de la réglementation relative aux salaire, aux congés payés, à la durée du travail, etc. (C. trav., art. L. 422-1, al. 1). Ils peuvent également saisir l'inspection du travail de toutes les plaintes et observations sur l'application des conventions et accords collectifs (étendus ou non étendus).
Lorsque l'inspecteur du travail se rend dans l'entreprise à la demande du délégué du personnel pour effectuer une visite, il est tenu d'avertir ce dernier qui peut alors, s'il le désire l'accompagner durant toute la durée de sa visite (C. trav., art. L. 422-1, al. 5). De même, lorsque l'inspecteur du travail se rend dans l'entreprise de sa propre initiative, il peut proposer (mais dans ce cas, ce n'est pas une obligation!) au délégué du personnel de l'accompagner.

A noter: Ici encore, les salariés peuvent saisir directement l'inspection du travail sans passer par l'intermédiaire des délégués du personnel.

 

C. La procédure d'alerte
Le délégué du personnel peut saisir immédiatement l'employeur lorsqu'il constate (lui-même ou par l'intermédiaire d'un salarié) une atteinte aux droits des personnes ou aux libertés individuelles (C. trav., art. L. 422-1-1). L'employeur ou son représentant est alors tenu de procéder sans délai à une enquête avec le délégué du personnel et de prendre les dispositions nécessaires pour remédier à cette situation.
En cas de carence de l'employeur, de divergence sur la réalité de cette atteinte ou encore, en l'absence de solution trouvée avec l'employeur, le délégué du personnel (si le salarié concerné ne s'y oppose pas) peut saisir le conseil de prud'hommes. Le juge, statuant en référé, peut alors ordonner toutes mesures propres à faire cesser cette atteinte (éventuellement sous astreinte).

D. Les liens avec les autres organes de représentation
Les délégués du personnel ont la possibilité de communiquer au comité d'entreprise et au CHSCT les suggestions et observations du personnel de l'entreprise sur toutes les questions entrant dans leurs missions respectives (C. trav., art. L. 422-2).

 

II. Les attributions diverses

A. Les congés payés
Si la période et l'ordre des départs en congé payés ne sont pas prévus par la convention ou un accord collectif de travail, les délégués du personnel sont consultés pour déterminer cette période et cet ordre des départs (C. trav., art. L. 223-7, al. 2 et 3). Par ailleurs, l'avis conforme des délégués du personnel est requis en cas de fractionnement des congés payés dû à la fermeture de l'établissement (C. trav., art. L. 223-8, al. 5).

B. Le reclassement des accidentés du travail
L'employeur doit consulter les délégués du personnel avant de proposer un nouveau poste à un salarié déclaré inapte à reprendre son emploi après un accident du travail (C. trav., art. L. 122-32-5).

C. La désignations des membres du CHSCT
Les délégués du personnel (comme les membres du comité d'entreprise) font partie du collège désignant les membres du CHSCT (C. trav., art. L. 236-5, al. 1).

D. Le repos compensateur
Les délégués du personnel doivent être consultés avant toute notification de l'employeur d'un report d'une demande de repos compensateur pour heures supplémentaires (C. trav., art. D. 212-7, al. 3).

E. Le chômage-intempéries
Dans le bâtiment et les travaux publics, l'employeur doit consulter les délégués du personnel avant de décider l'arrêt de travail. La déclaration de chômage-intempéries adressée à la caisse de congés payés doit être signée par l'employeur et les délégués du personnel.

 

III. Les attributions supplétives

A. Le remplacement du comité d'entreprise
Lorsqu'un entreprise ou un établissement n'a pas de comité d'entreprise ou d'établissement, les délégués du personnel sont amenés à exercer une partie de ses attributions.

1. Les attributions dans le domaine des activités sociales et culturelles
En l'absence de comité d'entreprise, les délégués du personnel assurent, conjointement avec l'employeur, le fonctionnement de toutes les activités sociales et culturelles de l'entreprise.

2. Les attributions dans le domaine économique
Deux situations doivent être distinguées :
- l'entreprise ou l'établissement comporte cinquante salariés et plus;
- l'entreprise ou l'établissement comporte moins de cinquante salariés.

L'entreprise ou l'établissement comporte moins de cinquante salariés : Dans ce cas, les délégués du personnel:
- ont la possibilité de communiquer à l'employeur toutes suggestions tendant à l'amélioration du rendement et de l'organisation générale de l'entreprise;
- sont consultés en cas de licenciement pour motif économique, à défaut de convention ou accord collectif de travail applicable, sur l'ordre des licenciements;
- sont consultés en cas de projet de licenciement économique collectif, c'est-à-dire en cas de projet de licenciement visant au moins deux salariés;
- sont consultés sur les mesures prises en vue de faciliter la mise ou la remise au travail des travailleurs handicapés;
- reçoivent l'ensemble des documents relatifs à la politique de formation dans l'entreprise ou dans l'établissement.

Important: Dans ce cas, les délégués du personnel ne bénéficient pas de moyens supplémentaires.

L'entreprise ou l'établissement comporte au moins cinquante salariés : Dans ce cas, les délégués du personnel exercent la totalité des attributions économiques du comité d'entreprise. Cette situation vise uniquement le cas de carence du comité d'entreprise constaté à l'issue d'une procédure d'élection engagée pour la mise en place ou le renouvellement de ce comité (C. trav., art. L. 422-3 et art. L. 431-3).

Important: Dans ce cas, les délégués du personnel bénéficient des mêmes moyens que les membres d'un comité d'entreprise : droit d'alerte, crédit d'heures de vingt heures par mois, stage de formation économique, etc.

3. Les autres attributions
Dans toutes les entreprises, les délégués du personnel doivent être consultés, exprimés leurs avis ou être informés à chaque fois que les textes confèrent compétence à ces délégués du personnel à défaut de comité d'entreprise. Il en est notamment ainsi pour certains cas de recours aux CDD, avant la mise en place des horaires individualisés, avant la mise en place du temps partiel, etc.
Les textes sont très nombreux et regroupent les principaux domaines suivants : l'emploi, la durée du travail, les congés, les conditions de travail, la médecine du travail.

 

B. Le remplacement du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail
En l'absence de CHSCT, quelque soit l'effectif de l'entreprise ou de l'établissement, les délégués du personnel exercent toutes les attributions de ce comité (C. trav., art. L. 422-5).
Dans les entreprises et établissements de moins de cinquante salariés, les délégués du personnel qui exercent les missions du CHSCT ne peuvent prétendre à aucun moyen supplémentaire de la part de l'employeur. En revanche, dans les entreprises et établissements de plus de cinquante salariés, l'employeur doit fournir aux délégués du personnel exerçant les fonctions du CHSCT les mêmes moyens individuels et collectifs que ceux attribués à ce comité.

C. Le remplacement des délégués syndicaux
Dans les entreprises (et non dans les établissements!) de moins de 50 salariés, un délégué du personnel titulaire peut être désigné par une organisation syndicale représentative pour faire fonction de délégué syndical dans l'entreprise (C. trav., art. L. 412-11, al. 4). Le salarié est ainsi à la fois le délégué du personnel et le délégué syndical de l'entreprise.
Le délégué du personne ainsi désigné peut exercer toutes les attributions du délégué syndical. Cependant, c'est sur son crédit d'heures de délégué du personnel qu'il remplit les deux missions.

A savoir: En cas de délégation unique du personnel, les missions des deux institutions, comité d'entreprise et délégués du personnel, demeurent inchangées. Ces missions sont donc exercées exclusivement par les membres de la délégation unique prenant soit la casquette des membres du comité d'entreprise, soit celle des délégués du personnel. La délégation unique peut même exercer les attributions du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail en cas de carence de ce comité.

 

IV. Les principaux moyens attribués aux délégués du personnel pour exercer ses missions

Pour exercer leurs missions, les délégués du personnel bénéficient d'un certains nombres de moyens matériels, financiers, etc.

A. Les heures de délégation
Le nombre d'heures de délégation attribué à chaque délégué du personnel varie selon la taille de l'entreprise.

Taille de l'entreprise

Crédit d'heures

(C. trav., art. L. 424-1)

De 11 à 49 salariés

10 heures . mois

50 salariés et plus

15 heures . mois

Dans les entreprises de plus de 50 salariés, les délégués du personnel bénéficient d'un crédit d'heures supplémentaires de 20 heures . mois en cas de carence du comité d'entreprise (C. trav., art. L. 424-1)

Le contingent d'heures de délégation peut être dépassé en cas de circonstances exceptionnelles. Les circonstances exceptionnelles constituent une activité inhabituelle, nécessitant de la part des représentants concernés, un surcroît de démarches et d'activités débordant le cadre de leurs démarches coutumières, en raison notamment de la soudaineté de l'événement ou de l'urgence des mesure à prendre (Cass. soc., 6.07.1994).

A noter : Le délégué du personnel ne peut prétendre à des heures de délégation pour circonstances exceptionnelles que s'il a déjà, à la date de l'intervention "exceptionnelle", épuisé son crédit d'heure normal.

 

B. Les réunions

1. La réunion mensuelle collective
L'employeur a l'obligation de recevoir les délégués du personnel collectivement au moins une fois par mois. A cette fin, l'employeur doit convoquer tous les délégués du personnel, titulaires ou suppléants, en précisant le jour et l'heure de la réunion. Cette convocation doit être adressée quelques jours avant la réunion afin que les délégués puissent transmettre à l'employeur, au moins deux jours ouvrables avant d'être reçus, le "cahier des réclamations" (C. trav., art. L. 424-5).

A noter : L'absence de la réunion n'est justifiée qu'en cas de force majeure ou si les délégués du personnel eux-mêmes refusent d'assister à la réunion (Cass. crim., 30.06.1987).

Pendant la réunion, les délégués du personnel présentent leurs observations et leurs réclamations. Ils peuvent, s'ils le souhaitent, se faire assister par un représentant d'une organisation syndicale (C. trav., art. L. 424-4, al. 3). L'employeur a l'obligation d'écouter les délégués du personnel. En revanche, il n'a pas l'obligation de répondre immédiatement à la question demandée. En effet, l'employeur a pour seule obligation de répondre par écrit aux demandes des délégués du personnel dans un délai de six jours ouvrables suivant la réunion. L'ensemble des réponses doit être retranscrit sur le registre des délégués du personnel.

A savoir : Le registre des délégués du personnel contient l'ensemble des réclamations présentées par les délégués du personnel ainsi que les réponses apportées par l'employeur. Ce registre doit être tenu à la disposition de tous les salariés, un jour ouvrable par quinzaine, en dehors de leur temps de travail. Il doit également être tenu à la disposition de l'inspecteur du travail et des délégués du personnel eux-mêmes. Le défaut de tenue du registre spécial caractérise le délit d'entrave au fonctionnement régulier des délégués du personnel

Aucun procès-verbal ne doit être rédigé à l'issue de la réunion. Toutefois, si un compte rendu est rédigé, il constitue un engagement unilatéral de l'employeur qui lui est opposable.

2. Les autres réunions collectives
Les délégués du personnel peuvent également demander, en cas d'urgence, à être reçus collectivement par l'employeur (C. trav., art. L. 424-4, al. 1). Dans ce cas, le délai de deux jours ouvrables entre le dépôt de la réclamation et la tenue de la réunion n'a pas à être respecté.
De même, les délégués du personnel ont la possibilité d'organiser des réunions avec les salariés à condition de respecter les limites imposées en matière de liberté de circulation dans l'entreprise.
L'employeur peut également prendre l'initiative d'organiser une réunion exceptionnelle des délégués du personnel si les circonstances le justifient.

A savoir : Dans les sociétés anonymes, les délégués du personnel peuvent être reçus par le conseil d'administration en présence du directeur ou de son représentant afin de présenter les réclamations qui nécessitent une délibération de ce conseil (C. trav., art. L.424-4, al. 1).

3. Les réunions individuelles
Les délégués du personnel peuvent demander à l'employeur d'être reçus soit individuellement, soit par catégorie, soit par atelier, soit par service ou spécialité professionnelle pour toute question les concernant (C. trav., art. L. 424-4, al. 2).

 

C. Les moyens d'informations
L'employeur doit mettre à la disposition des délégués du personnel :
- la convention et les accords collectifs de travail applicables dans l'entreprise ou l'établissement;
- les contrats de mise à disposition du personnel intérimaire;
- les attestations, consignes, résultats et rapports relatifs aux vérifications et contrôle mis à la charge de l'employeur au titre de l'hygiène et de la sécurité;
- le registre du personnel.

D. Les moyens matériels

1. Le local
L'employeur a l'obligation de mettre à la disposition des délégués du personnel un local leur permettant de remplir leur mission et notamment, de se réunir ou de recevoir le personnel (C. trav., art. L. 424-2, al.1). Ce local ne doit pas nécessairement être à l'usage exclusif et permanent des délégués du personnel. Ainsi, par exemple, le local peut ainsi être commun aux délégués du personnel et au comité d'entreprise (Cass. soc., 17.11.1966).
Les délégués du personnel ne peuvent inviter dans le local des personnes étrangères à l'entreprise qu'à la condition d'obtenir l'autorisation expresse de l'employeur.

2. Les panneaux d'affichage
Les délégués du personnel peuvent faire afficher des renseignements destinés au personnel (C. trav., art. L. 424-2, al. 2) :
- d'une part, sur les emplacements obligatoires réservés aux communications syndicales;
- et d'autre part, aux portes d'entrée des lieux du travail.

A noter : Les panneaux destinés aux sections syndicales doivent être distincts de ceux réservés aux délégués du personnel (C. trav., art. L. 412-8).

Aucune indication n'est donnée sur le nombre de panneaux ou sur leur aspect. Ces modalités être négociées par accord entre l'employeur et les délégués du personnel.
Les communications affichées par les délégués du personnel doivent concerner les renseignements que ces derniers ont pour mission de porter à la connaissance des salariés. Il en est ainsi par exemple des comptes rendus des réunions avec l'employeur; des comptes rendus des démarches extérieures (par exemple avec l'inspecteur du travail) s'inscrivant dans le cadre des missions des délégués du personnel, des enquêtes en matière d'hygiène et de sécurité, des informations relatives au droit du travail, etc.

Attention : Ces communications ne doivent revêtir aucun caractère polémique de nature à troubler le bon fonctionnement de l'entreprise. Ainsi, les délégués du personnel ne peuvent pas utiliser leur droit d'affichage pour appeler les salariés à faire grève.

Les communications affichées par les délégués du personnel n'ont pas à être transmises à l'employeur. Toutefois, si l'employeur estime que le contenu d'une affiche est illicite, il doit dans un premier temps faire constater l'affichage litigieux par huissier, puis saisir le président du tribunal de grande instance, statuant en référé, pour faire ordonner le retrait de l'affichage.

 

3. La distribution de tracts
La loi ne donne aucune indication en la matière mais la jurisprudence admet que les délégués du personnel distribuent aux salariés des tracts les informant des réponses données par l'employeur aux réclamations présentées. De même, les délégués du personnel ont la possibilité de distribuer des documents destinés à recueillir les avis, les suggestions et les revendications des salariés sur un certains nombres de thèmes (retraite, emploi, travail des femmes, etc.). En revanche, lorsque la distribution des tracts excède le cadre des missions des délégués du personnel, l'employeur est en droit de s'y opposer.

E. La liberté de déplacement dans l'entreprise
La loi accorde aux délégués du personnel (C. trav., art. L. 424-3) :
- le droit de circuler dans l'entreprise, pendant et hors des heures de travail;
- le droit de contacter les salariés à leur poste de travail, à condition de ne pas entraîner de "gêne importante dans l'accomplissement du travail".

F. Le financement
Les délégués du personnel ne bénéficient d'aucun financement particulier pour exercer leurs missions. Toutefois, lorsque les délégués du personnel exercent les attributions économiques du comité d'entreprise, l'employeur est tenu de leur accorder une subvention de fonctionnement identique à celle normalement allouée au comité, soit 0,2% de la masse salariale brute. Ce budget est alors géré conjointement par l'employeur et les délégués du personnel (C. trav., art. L. 422-3, al. 6).